ARGUMENT

DOPPELGÄNGER
Hôtel Claridge 1954

Ce projet est basé sur la correspondance entre Pierre Boulez et John Cage. Compositeurs que tout oppose, ils entretiennent pourtant une longue relation épistolaire, à la fois musicale et amicale, jusqu’à la rupture finale autour de la figure de Morton Feldman, pour des raisons esthétiques et d’éthique musicale. Il n’est pas surprenant que deux figures aussi opposées artistiquement arrivent à un point d’impossible.
En 1954, Pierre Boulez, pour la première fois de passage à Buenos Aires, écrit et reçoit depuis l’Hôtel Claridge, une des lettres les plus importantes de cette correspondance. Le papier d’en-tête de cet hôtel est celui employé par Boulez dans de nombreuses lettres écrites à cette époque (à Stokowski, à Stockhausen et à John Cage), notamment pendant la traversée qui le ramène en Europe.

Poétique
La poétique du projet est celle de l’avatar, du double (le "dopplegänger" du folklore païen). C’est l’apparition dans les caves du Teatro Colon, des spectres des deux figures iconiques de la musique de la seconde moitié du XXème siècle, suggérée par le moyen d’un objet hybride : musical et sonore, visuel, sculptural et typographique, utopique et « scientifique ». On y trouve les thématiques d’une époque et d’une relation tant au niveau musical et musicologique qu’au niveau interpersonnel et sensuel.

Dispositif
Dopplegänger est un prototype. Jeu d’automates qui dialoguent au travers de deux machines à écrire automatisées par deux Arduino et connectées à Max/MSP, selon des comportements prédéfinis - sériels d'une part, aléatoire de l'autre - points de départ théoriques de Pierre Boulez et John Cage. Les deux automates vont dactylographier toute la correspondance sur un rouleau de papier. Chaque machine sera posée sur une table avec une chaise et une lampe qui sera activée  et désactivé au début et à la fin de chaque intervention. Le dispositif permet un ensemble de lectures visuelles et musicales.
 
 GENERIQUE
 ARGUMENT
 CALENDRIER
© DR