REVUE DE PRESSE

MOMO
spectacle musical jeune public

L'enfantine poésie de Dusapin, 9 Janvier 2003
Christian Merlin, Le Figaro

Il n'y a rien de plus délicat qu'un spectacle musical pour enfant. Faire passer un message sans être pontifiant, être drôle sans être vulgaire, ne jamais être ennuyeux sans pour autant rogner sur la valeur de la musique : toutes ces qualités, le Momo de Pascal Dusapin les réunit de la plus jolie manière. Après avoir été créé par T&M à Nanterre, cette production va être donnée plus de quarante fois dans la région parisienne (…) Au Théâtre des Arts de Cergy-Pontoise, l'enthousiasme des petits de 5 à 8 ans qui se pressaient dans la salle était plus éloquent que n'importe quel compte-rendu de presse.

La preuve qu'il n'est pas besoin d'une débauche d'effets spéciaux hollywoodiens pour éblouir nos enfants gâtés par Internet et la télévision. Trois bouts de ficelles, une poupée et quelques ombres chinoises suffisent à créer tout un monde, surtout quand le décor est dû à un inventeur d'images comme Nicky Rieti et la mise en scène à un poète comme André Wilms : autant dire qu'on avait placé la barre assez haut, pour nous conter l'histoire de Momo (…)

Pendant les trente-cinq minute que dure la représentation (la bonne longueur pour la concentration des enfants), le comédien et musicien Richard Dubelski, époustouflant, joue tous les rôles : narrateur, Momo, grand-père, animal de cirque, danseur, joueur de cymbalum, sachant par son charisme et son énergie capter l'attention des enfants pour ne plus les lâcher. Il épouse avec son corps le rythme donné au spectacle par la musique habile de Pascal Dusapin, tour à tour dansante, étrange et nostalgique, avec de fortes résonances orientales, qu'elles soient slaves, balkaniques ou méditerranéennes. Les quatre musiciens sont plus que des accompagnateurs : de véritables acteurs de cette histoire où les enfants apprendront qu'un instrument peut aussi rugir, ronfler, pleurer ou s'envoler vers les étoiles.


Momo en piste pour les enfants, 31 Janvier 2003
Catarina Mercuri, Le Monde

(…) En un temps record - trente cinq minutes - et trois fois rien, en apparence, les enfants de cinq à huit ans reçoivent grâce à ce spectacle musical une formidable initiation au spectacle vivant. (…) Créé en novembre 2002 à la demande de T&M Nanterre, il réunit trois signatures : Pascal Dusapin pour la composition musicale, André Wilms pour la mise en scène, Nicky Rieti pour le décor.

Momo réussit à conjuguer initiation au cirque par la fable et les costumes joliment conçu, des gillets pailletés et des tutus parsemés d'étoiles brillantes et colorées ; à la musique par la présence de quatre musiciens, évocation à eux seuls d'un orchestre par leur disposition ; au théâtre - d'ombres, de marionnettes - par le soin apporté au décor, aux éclairages, riches et subtils, à la force du conteur, Richard Dubelski. Les bamabins ont répondu à ses sollicitations. La salle a résonné de "Oh!" et de "Ah!". Au point de faire paraître l'histoire un peu courte.


Momo, Chronique radiophonique, 29 Novembre 2002
Vincent Josse, France Inter

La musique mène la danse. Même si le récitant fait progresser l'histoire, ce sont les notes de Pascal Dusapin qui donnent au récit ses couleurs et son ryhtme dans une progression dramatique soutenue par les cordes. Quand Momo rit, violon et violoncelle rient avec lui. La scène est un théâtre de marionnettes autour duquel sont assis les quatre musiciens.
Dans cette boîte magique, le comédien fait vivre la poupée Momo qu'il tient dans une main. Il interpelle beaucoup les enfants dans la salle. Dans l'ombre, des marionnettistes actionnent des animaux en ombres chinoises. Les images sont superbes. Le metteur en scène André Wilms invente un "théâtre pauvre", d'une grande délicatesse. Il respecte la poésie musicale de cet opéra de trente-cinq minutes qui, en plus d'initier les enfants au spectacle, leur affine l'oreille. Momo est une parfaite initiation à la musique contemporaine, au rêve et à la poésie du spectacle.


 
 GENERIQUE
 ARGUMENT
 CALENDRIER
 REVUE DE PRESSE
 EDITIONS
© T&M